Informarsi

Home / Suisse / Les personnes en situation de pauvreté doublement pénalisées par la crise : Agir ensemble, maintenant et à long terme !

Les personnes en situation de pauvreté doublement pénalisées par la crise : Agir ensemble, maintenant et à long terme !

7 Aprile 2020

28 organisations dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la pauvreté ont formulé une déclaration commune à l’initiative d’ATD Quart Monde et d’AvenirSocial.
Elles sont préoccupées par l’évolution actuelle liée au Coronavirus et par les conséquences pour les personnes touchées par la pauvreté.

Outre les mesures concrètes immédiates, ces organisations en appellent à penser et à agir sur le long terme en se basant sur le savoir des personnes ayant l’expérience de la pauvreté.
Dans le contexte de la crise du Coronavirus, les organisations soussignées ont recueilli quantité de témoignages et de réflexions exprimés par des personnes et familles en situation de pauvreté.
Ces dernières rappellent que cette crise frappe le plus durement ceux qui, dans notre société, étaient déjà confrontés à la pauvreté et à l’exclusion sociale avant la crise.

La situation actuelle éclaire les inégalités déjà existantes et met encore davantage en lumière ce qui, pour de nombreuses personnes dans le pays, est une réalité permanente de crise.

Une femme dit :
« C’est dur pour les gens qui sont seuls de rester chez soi, mais que se passe-t-il quand on n’a pas de chez-soi ? On nous donne des repas à emporter, c’est bien, mais tu es tout le temps dehors. Tout fermait, les activités étaient toutes annulées, j’étais perturbée. Quand t’as trop de pression et le cerveau déconnecté, tu ne réfléchis plus normalement. »

Une mère raconte :
« En reconduisant mes enfants au foyer lundi soir, j’apprends que mes deux filles ne pourront pas rentrer à la maison avant le 19 avril, alors que je les avais les week-ends et aussi pendant les vacances ».
Cette maman s’écroule. Il lui sera également difficile d’appeler de son téléphone car son nom a été rayé des opérateurs de téléphonie et acheter des cartes prépayées lui coûte trois fois plus cher par mois.

Un père témoigne :
« En tant que parent, je n’ai aucun moyen de donner des explications à mes enfants et pourtant je dois me substituer à l’enseignant si je ne veux pas qu’ils soient à la traîne. C’est extrêmement difficile et stressant quand on a peu de connaissances et qu’on ne maîtrise pas les technologies. »

Ce sont des exemples d’innombrables situations d’exclusion, d’inégalité sociale et de besoins existentiels dans lesquelles les personnes vivent et que la dignité est actuellement et plus que jamais en danger.
Si un confinement total devait entrer en vigueur dans un avenir proche, cela aurait des conséquences encore plus dramatiques pour les personnes les plus vulnérables.
En cette période agitée, nos organisations sont témoins de l’émergence de différents types de soutien et de solidarité – en particulier aussi de la part des personnes en situation de vie difficile.
De par leur vécu, elles ont appris à se soucier des autres et sont prêtes à soutenir plus démunis qu’elles.
La situation actuelle souligne la nécessité de prendre en compte l’expérience et le savoir des personnes en situation de pauvreté pour trouver des réponses efficaces et dignes à l’existence de tout être humain.
Leur contribution est essentielle pour bâtir des formes de solidarité qui ne laissent personne de côté – en temps de crise comme à plus long terme.

Cela nous amène à présenter des revendications élaborées conjointement pour améliorer les conditions de vie des personnes en situation de pauvreté.
Ces mesures doivent être mises en oeuvre rapidement, sans bureaucratie et dans un horizon à plus long terme – en préservant la dignité des personnes concernées :

Assurer les besoins existentiels de toute personne de manière digne

Maintenant :

  • Garantir une aide d’urgence financière non bureaucratique et facilement accessible pour toute personne dans le besoin – non seulement caritative mais aussi garantie par l’Etat (également pour les personnes qui dépendent de revenus de travaux non-déclarés ou informels) ;
  • Offrir un hébergement digne (p.ex. chambres d’hôtel) et des installations sanitaires publiquement accessibles (WC, douche) aux personnes sans résidence permanente ;
  • Rétablir sans frais l’électricité et suspendre temporairement les factures pour les personnes qui ne peuvent pas payer l’électricité ;
  • Assurer la couverture complète par les assurances maladies des frais médicaux et du traitement (y compris la franchise) en cas de Coronavirus pour les personnes et familles à faibles revenus ;
  • Mettre en place des points de contact pour les mères célibataires et apporter un soutien supplémentaire aux centres d’accueil pour les femmes victimes de violence ;

À long terme :
Promouvoir une stratégie nationale de lutte contre la pauvreté qui garantisse une vie digne aux personnes dans le besoin et contribue à éliminer la pauvreté en faisant appel à l’engagement et au savoir des personnes ayant l’expérience de la pauvreté.

Prévenir l’aggravation des inégalités sociales

Maintenant :

  • Offrir un soutien supplémentaire aux écoliers dont les parents n’ont pas les moyens nécessaires pour l’accompagnement du travail scolaire à la maison ;
  • Suspendre temporairement, à l’échelle nationale, l’obligation générale de recherches d’emploi pour les personnes à l’aide sociale ;
  • Rédiger les informations diffusées à tous en langage simplifié et traduit, de sorte à les rendre compréhensibles par le plus grand nombre.

À long terme :
Promouvoir l’égalité des chances pour tous les enfants, les jeunes et les adultes, indépendamment de leur langue, de leur origine, de leur statut social ou de leur niveau d’éducation.

Assurer des possibilités de communication pour tous

Maintenant :

  • Appeler les opérateurs à débloquer temporairement les abonnements de téléphone et d’Internet mobile et à les rendre temporairement gratuits ;
  • Veiller à ce que les personnes et les familles en situation de pauvreté ainsi que les foyers d’accueil soient équipés de moyens techniques de communication virtuelle afin de garantir les liens.

À long terme :
Mettre en oeuvre une politique contre la fracture numérique, en favorisant l’accès de tous aux moyens de communication et d’information, pour éviter que des personnes n’en soient exclues.

Cette crise nous met au défi d’unir nos forces pour explorer de nouvelles voies de solidarité et de les inscrire d’une manière durable dans le devenir de notre société.
Du point de vue des organisations soussignées, il est essentiel de veiller à la participation d’associations et de personnes vivant la pauvreté – tant dans les nouveaux organes qui se mettent en place pendant la crise – que dans le futur pour élaborer les changements structurels nécessaires.
Ceci dans le but de travailler en partenariat pour une politique globale qui fasse des droits humains une réalité pour tous.

Contact pour les médias :
ATD Quart Monde Suisse: coordination@atdvwqm.ch
Michael Zeier (allemand): 079 885 20 72, Anne-Claire Brand (français): 078 408 60 11